À propos

Vision :

L’Organisation nationale de la santé autochtone (ONSA) est un organisme fondé sur la connaissance et dont le seul but est d’influencer et de faire progresser toutes les personnes, familles et communautés inuites, métisses et des Premières nations.

Mission :

L’Organisation nationale de la santé autochtone (ONSA) vise à faire évoluer et promouvoir la santé et le bien-être chez les Premières nations, les Inuits et les Métis, grâce à de la recherche collaborative, au savoir autochtone traditionnel, au développement des capacités et aux initiatives d’origine communautaire.

Incorporée officiellement en mars 2000 en tant qu’Organisation pour la promotion de la santé des peuples autochtones (OPSPA), son conseil d’administration a approuvé le changement de son nom à Organisation nationale de la santé autochtone (ONSA), en décembre 2000.

L’ONSA est une organisation sans but lucratif vouée à l’amélioration de la santé physique, mentale, émotionnelle, sociale et spirituelle de toutes les personnes, familles et communautés inuites, métisses et des Premières nations. Nous croyons profondément que l’avancement, la promotion et le partage du savoir sur la santé et le bien-être de nos peuples sont cruciaux pour notre autonomisation.

L’ONSA est unique parce qu’elle est la seule organisation nationale au Canada qui est contrôlée par les Autochtones et qui se compose de trois centres voués respectivement à l’avancement et à la promotion des besoins spécifiques des populations inuites, métisses et des Premières nations, à l’aide d’initiatives reposant sur la connaissance.

Objectifs :

  1. Faire, développer et promouvoir la recherche en vue d’améliorer la santé et le bien-être chez les Premières nations, les Inuits et les Métis.
  2. Accroître la compréhension et la sensibilisation en ce qui concerne la santé et le bien-être chez les Premières nations, les Inuits et les Métis.
  3. Faciliter et promouvoir la recherche et développer des relations avec les Premières nations, les Inuits et les Métis.
  4. Soutenir et encourager les Inuits, les Métis et les membres des Premières nations à entreprendre des carrières dans les domaines de la santé traditionnelle et de la santé occidentale.
  5. Appuyer les Premières nations, les Inuits et les Métis dans leurs efforts pour la reconnaissance, la préservation, la promotion et la transmission du savoir, des pratiques de guérison et de la médecine traditionnels.
  6. Fournir aux Premières nations, aux Inuits et aux Métis les outils leur permettant de promouvoir la santé environnementale.

L’ONSA respecte et englobe toutes les strates des populations inuites, métisses et des Premières nations, ce qui inclut les hommes, les femmes, les enfants, les jeunes et les personnes âgées vivant aussi bien en zones urbaines qu’en zones rurales.

L’ONSA est gouvernée par un conseil d’administration constitué de 13 membres dont 8 sont nommés par les organisations membres de

l’ONSA  :

Quatre autres membres du conseil sont élus par les 8 membres nommés.

L’ONSA reçoit son financement principal de Santé Canada, pour entreprendre des activités fondées sur la connaissance, incluant l’éducation, la diffusion de la recherche et du savoir. Santé Canada n’influe en rien sur le contenu des documents émis par l’ONSA et aucun document produit par l’ONSA, n’est attribuable, en tout ou en partie, à Santé Canada. Aucune entité corporative ou commerciale n’influe sur le contenu des publications de l’ONSA.

Tous les documents publiés par l’ONSA sont soumis à un processus d’approbation bien établi, pour s’assurer que l’information présentée est crédible, opportune et exacte. De nombreuses publications de l’ONSA, comme le Journal de la santé autochtone, sont revues par des pairs avant d’être acceptées par l’organisation pour publication. Pour ce qui est du savoir autochtone, l’ONSA adhère aux principes de Propriété, contrôle, accès et possession (PCAP).

Centres de l’ONSA

Le travail de l’ONSA est renforcé par ses trois centres : Le Centre des Premières nationsle Centre Inuit Tuttarvingat et le Centre des Métis. Chacun de ces centres se voue à l’avancement de la santé et du bien-être des Premières nations, des Inuits et des Métis respectivement, en se concentrant sur les besoins spécifiques des populations qu’ils servent, en favorisant des approches culturelles pertinentes des soins de santé.