COMMUNIQUÉ DE PRESSE: L’Organisation Nationale de la Santé Autochtone Lance un Journal de la Santé Autochtone sur le VPH

// // Posted in Nouvelles

Ottawa (Ontario) (le 12 avril 2012) – L’Organisation nationale de la santé autochtone (ONSA) est ravie de vous annoncer le lancement du dernier numéro du Journal de la santé autochtone. Cette onzième édition du Journal a été créée en partenariat avec l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et Santé Canada et elle est entièrement consacrée à la recherche sur le papillomavirus (VPH) et le cancer du col de l’utérus chez les communautés des Premières nations, des Inuits et des Métis.

Lancée en 2004, cette revue soumise à l’évaluation par les pairs est unique en son genre dans le monde. Chaque édition comprend des articles rédigés par des spécialistes, des universitaires et des membres des communautés autochtones éminents travaillant dans le domaine de la santé. En plus d’offrir une analyse approfondie sur les questions émergentes dans le domaine, chaque question comprend les travaux de recherche d’origine, des éditoriaux et des suggestions de lecture supplémentaire.

L’année dernière, les articles du Journal de la santé autochtone ont été téléchargés 58 729 fois et ont été lus par les membres des communautés des Premières nations, inuites et métisses, les fournisseurs de soins de santé, le gouvernement, les chercheurs et les universitaires à travers le Canada et aux quatre coins du monde.

Les résultats publiés dans le cadre de cette édition du Journal « constituent une étape importante pour combler les écarts en matière d’information et peuvent guider et adapter les politiques, les programmes et les soins de santé à l’intention des populations des Premières nations, inuites et métisses », explique Simon Brascoupé, directeur par intérim de l’ONSA.

En dépit du fait qu’elle représente l’infection transmise sexuellement la plus répandue dans le monde et à l’origine d’environ 350 décès au Canada en 2011, les renseignements sur l’incidence du VPH chez les Premières nations, les Inuits et les Métis restent limités. Des études régionales sur l’incidence du cancer du col de l’utérus chez les femmes des Premières nations, inuites et métisses indiquent qu’elle est plus élevée au sein de ces populations que dans le reste du Canada. Afin de télécharger cette édition ou d’autres éditions du Journal de la santé autochtone, veuillez consulter la page www.naho.ca/journal.

« Au cours des 12 dernières années, l’ONSA a joué le rôle de meneur dans la recherche et la diffusion de l’information en matière de santé et le Journal de la santé autochtone constitue un exemple de travail de calibre mondial », a déclaré Simon Brascoupé, directeur par intérim. « Depuis que nous avons annoncé la fermeture de l’ONSA, nous avons reçu des demandes de renseignements de la part des universités, des instituts de recherche et d’une école de médecine qui pourraient éventuellement abriter la revue et les autres activités ».

On espère qu’une édition spéciale du Journal entièrement consacrée à la santé inuite sera publiée cet automne. L’édition portant sur la santé inuite constituera un autre exemple de l’approche fondée sur la distinction en vue du transfert des connaissances que les trois centres de l’ONSA ont adoptée.

Pour de plus amples renseignements sur l’ONSA, consultez le site Web à l’adresse www.naho.ca

ONSA – Un meneur dans la création et le partage de la recherche fondée sur des données probantes relative à la santé des Premières nations, des Inuits et des Métis avec les communautés, les fournisseurs de soins de santé et les organismes partenaires.

-30-

Pour les demandes de renseignements provenant des médias, communiquez avec :

Trevor Eggleton, gestionnaire intérimaire, Communications
Organisation nationale de la santé autochtone
Tél : 613-237-9462 poste 505 / sans frais : 1-877-602-4445 poste 505
Cellulaire : 613-863-7765 / Courriel : teggleton@naho.ca

 

 

Comments are closed.